Avertir le modérateur

14/02/2009

Nouveau reportage sur Facebook : France 5 mieux que France 2 ?

facebook.jpg

Après le très critiqué reportage d'Envoyé Spécial sur Facebook (séance de rattrapage ici), c'est au tour de Médias le magazine (tous les samedi midi sur France 5) de traiter du plus célèbre réseau social en France. Retrouve-t-on les mêmes poncifs et autres approximations que sur France 2 ?

Le reportage débute à la 24e minute.

24' : Ca commence mal. Même très mal. En quelques secondes, nous retrouvons les grands clichés sur Facebook : votre vie privée n'est pas protégée, vous pouvez vous faire larguer à cause d'une photo, voir même licencier ! Même leitmotiv que dans Envoyé Spécial : sur Facebook, tout est public, tout le monde est au courant de tout, et cela peut se retourner contre vous. Une fois de plus, on se demande à ce moment du reportage, si les journalistes sont au courant des options de confidentialité.

D'ailleurs, c'est quoi les options de confidentialité ?

Sur Facebook, il suffit de cliquer sur Paramètres, puis de sélectionner Confidentialité (cliquez pour agrandir)

09-02-14 23 06 21.jpg
 
A partir de là, vous pouvez décider qui aura accès aux informations vous concernant (informations générales, photos, emploi, cursus universitaire, statut amoureux, etc etc) : tout le monde, les amis de vos amis, uniquement vos amis, ou bien les personnes de votre choix.
09-02-14 23 06 56.jpg
09-02-14 23 08 24.jpg
Ainsi, en paramétrant finement votre compte, vous pouvez éviter que vos photos de beuveries soit accessibles à n'importe qui. Et même si vous avez votre chef dans votre liste d'amis, vous pouvez faire en sorte qu'il ne puisse pas accéder à des données "sensibles".
Vous pouvez protéger encore plus vos données avec l'option Recherche. Elle va définir ce sur quoi va tomber la personne qui tapera votre nom sur le moteur de recherche du site : votre photo, vos amis, vos pages préférées ... ou juste votre nom, et de quoi entrer en contact avec vous si vous le souhaitez.
09-02-14 23 09 52.jpg
Facebook n'est donc pas une foire au grand n'importe quoi ouverte à tous vents si on sait correctement s'en servir. Un bon paramétrage (on préferera ouvrir ses données uniquement à sa liste d'amis), un peu de jugeotte (on évite de dire qu'on a fait semblant d'être malade pour ne pas aller au travail si on a des collègues dans ses contacts), et on évite largement les problèmes exposés dans le reportage.

 

Reprenons.

26' : Cas classique du reportage sur Facebook : j'ai été largué à cause d'une photo compromettante. Une photo de Monsieur ou Madame en charmante compagnie, et l'autre se fait la malle. Nous rappelerons ici que :  1) il est possible de se démarquer des photos où on apparaît, , 2) ce genre d'histoire est toujours arrivé, le coup du "j'ai vu ton (ta) chéri(e) avec un(e) autre" étant remplacé par une photo ou un message explicite sur sa page personnelle, 3) on évite de chouiner parce qu'on a été largué alors qu'on fricotait ailleurs, c'est la moindre des choses.

27' : Enfin on évoque les options de confidentialité ! Ce que le reportage d'Envoyé Spécial ignorait royalement.

28' : Autre cas classique : "j'ai été licencié à cause de Facebook" et autre "attention le patron et la DRH lit ce que je mets en ligne". On nous ressort la même histoire écoulé de cet Américain ayant prétexté une urgence familiale pour ne pas aller bosser. Manque de bol, une photo de lui en train de faire la bringue est mise sur Facebook, et il est joyeusement dénoncé par un de ses collègues. Ah oui, il était stagiaire, pas employé, contrairement à ce qu'affirme Envoyé Spécial et Médias. Tous les détails sur cette histoire bientôt lue à tous les enfants à l'heure du coucher se trouvent ici.

29' : Alors qu'on allait se retrouver devant un Envoyé Spécial bis (les jeunes filles en fleur en moins), soudain, la lumière fut. Dominique Cardon, sociologue des médias, explique fort bien que le phénomène Internet en général, et Facebook en particulier, fait peur aux anciens médias car il est nouveau. Et comme à chaque nouvelle révolution des médias, il est de bon ton de diaboliser le nouveau venu. Merci M Cardon.

Bref, un reportage qui finit bien mieux qu'il ne commence, mais qui n'est pas encore la panacée.

Quant aux flippés de la confidentialité, nous leur conseillerons de googler leur nom pour voir ce qui en ressort et faire le nécessaire. Sans oublier qu'aujourd'hui, dans certains milieux professionnels, ne pas être référencé sur le web peut être vu comme une tare ...

12/02/2009

La Geekette passe à la casserole : interview

Après être passé à la casserole de la Geekette, Jyelka le vieux geek barbu a décidé de faire frire la Geekette au petit jeu de l’interview.

 

Snapshot_20090212_27.jpgD’abord, pourrais tu te présenter un peu ?

Chloé, connu aussi sous le nom d'Eolia sur le net, de Klo dans la vie, de la Geekette aussi. 23 ans. Etudiante en journalisme. Et rédactrice de ce blog !

Pour toi qu’est ce qu’être geek ?

Question difficile ! Être geek, ça regroupe tellement de choses. ca peut être les fans hardcore de Starwars, les accros aux jeux de rôle sur plateau, ceux qui font des jeux de rôle IRL aussi, ça peut être aussi les passionnés de science fiction, les gros joueurs de jeux vidéo, les fous de nouvelles technologies, ceux qui sont capables de coder comme des cadors. C'est très large. Mais je dirai que c'est quelqu'un de passionné dans un domaine qui n'est pas forcément reconnu  comme intéressant (ou légitime, comme dirait notre ami Bourdieu) par le reste de la société

Comment est ce que se manifeste le coté geek chez toi?

Mon côté geek est apparu vers 5 ans, quand ma soeur s'est acheté une Master System. J'ai vite été fascinée par cette machine. Pour mon anniversaire, ma mère m'a offert mon tout premier jeu ... C'est par les jeux que je suis devenue geek. Mais attention, je ne l'ai pas vécu de la même manière que d'autres geeks de la même époque. Jusqu'à mon entrée au collège, je ne lisais pas de revues spécialisées. J'ignorais l'existence de certains jeux. J'avais des jeux sans vraiment savoir ce qu'ils valaient (mais j'avais beaucoup de chance car je n'ai eu que de la qualité !). Je ne sais plus combien de jeux j'ai pu avoir sur Master System, mais mes parents ne voulaient pas m'acheter de Super Nintendo, donc j'y jouais chez des copains/copines. A 10 ans, j'ai économisé pour m'offrir la console, mais elle a peu servi, vu qu'un peu plus d'un an plus tard, mon père m'offrait une Playstation. Car entre temps, la Playstation était devenue à la mode ! C'est au collège que j'ai été la plus "atteinte", je passais mes journées à jouer. Idem au lycée, où je suis passée à la PS2 avec mes économies (qui m'ont permis de m'acheter une grande télé que j'ai toujours, pour jouer confortablement). Mais la grosse rupture est arrivée en terminale, en 2003, quand je me suis achetée mon premier ordinateur. Connexion internet. Le début de la fin ! Depuis je suis tout le temps connectée. J'ai d'ailleurs un peu délaissé le jeu au profit du net et de toutes ces possibilités.

Tu parles du net et de toutes ses possibilités, quelles sont-elles?

La possibilité de s'exprimer via les blogs, de mettre en ligne du son et de l'image, de partager du travail avec les outils Google (on est très friands de Google Docs à l'ESJ !), d'être en connexion quasi constante avec les autres, que ça soit via MSN ou Facebook, ou plus récemment Twitter (même si je ne vois pas encore pleinement l'intérêt, mais ça viendra !)

A quoi joues-tu en ce moment?

En ce moment, je suis en période de repli ... Vu que je n'ai pas les moyens (ni l'envie) d'investir dans une console next gen et la télé HD qui va avec, je me tourne vers des anciens jeux que je n'ai pas eu l'occasion de faire par le passé. Par exemple, là je joue à Suikoden, un RPG de 1996. J'ai sous le coude Final Fantasy 6, que j'avais fait en version PS1, et je prévois de m'acheter Chrono Trigger. Plus récemment, j'ai acquis Persona 3, un RPG sur PS2 qui est vraiment super, mais réclame beaucoup de temps, que je n'ai pas forcément

Sur quels sites surfes-tu? Que regardes tu? Et que lis-tu qui soit geek actuellement?

Pour les sites, en ce qui concerne les "geekeries", Gamekult, FFWorld, Vie de Merde, les blogs d'amis ... Mais je lis aussi beaucoup les sites d'actu, ça c'est mon côté journaliste ... Et je bloggue ! Par contre je n'ai pas de lecture geek, ça ne m'a jamais attiré.

Est ce qu'être geek (te) coûte cher ?

Non. Ca me coûte ma connexion internet. Après, pour les jeux, j'achète de moins en moins en neuf, je privilégie l'occasion. Et surtout, je n'achète pas tout ce que je veux, sinon on ne s'en sort pas ... J'essaye de me fixer une règle, "pas de nouveau jeu tant que je n'ai pas fini les autres", mais ça n'est pas toujours facile. Mais dernièrement, j'achète rarement plus de 2-3 jeux par an.

Comment ton entourage vit ton coté geek?

Quand je vivais chez mes parents et que j'étais ado, c'était problématique car ça les énervait de me voir passer mes journées devant mon écran, et mes nuits sur le net. Mais je me contrôlais, par exemple je ne jouais jamais après le dîner. Depuis que je vis seule, je ne rends de comptes u'à moi même ! Après, ça amuse mes amis de voir que je suis une petite geekette. C'est pas toujours courant une fille qui s'intéresse à ça.

Depuis quand dirais tu que tu es geek?

Je dirai depuis le collège, quand j'ai commencé à lire des revues spécialisées, à m'abonner à certaines (Joypad), à rêver de travailler dans le milieu, et de ne jouer quasi exclusivement qu'au RPG pour le dépaysement qu'ils apportent.

En quoi les rpg sont-ils dépaysant?

Un RPG, c'est pour moi un livre interactif. Il te plonge dans un univers travaillé, avec des personnages riches, pour te faire vivre une grande histoire dont tu es le héros, en quelque sorte. Tout comme un bon livre te transporte dans son univers, le bon RPG te transporte dans son monde.

Quel est ton premier souvenir geek?

Moi face à la Master System de ma soeur, devant un jeu de moto, incapable de comprendre comment faire avancer la moto, J'ai du attendre que ma soeur rentre du collège pour qu'elle m'explique. Ensuite je m'amusais à faire rentrer la moto en collision contre un arbre ou des panneaux publicitaires car ça faisait une jolie explosion.

Quel a été un de tes grands moments en tant que geek ?

Final Fantasy VII, assurément. Ce jeu aura marqué ma vie de joueuse. Il y a un avant et un après. C'est grâce à lui que j'ai découvert les jeux de rôle japonais, inconnus alors sur le marché français. Je me rappelle que j'appelais régulièrement la Fnac de Dijon, où j'habitais à l'époque, pour savoir s'ils avaient reçu le jeu (je n'avais pas la date de sortie exacte). Je me souviens de mon excitation quand j'ai eu le jeu entre les mains pour la première fois. L'attaque de la centrale, la scène du train, les souvenirs de Tifa, Aérith ... J'ai passé un temps fou sur ce jeu, à m'attacher aux personnages, à m'extasier devant l'histoire, à prendre coeur aux combats, à les dessiner aussi. Je me rappelle d'un boss coriace, il m'avait fallu plusieurs jours pour le battre. Je le racontais, toute folle, à mes amies du collège, qui ne comprenaient vraiment pas comment je pouvais m'enthousiasmer pour un "pauvre jeu" ... FF7 m'a vraiment retourné. Et je me demande comment j'aurais ressenti le scénario, qui est vraiment complexe et adulte, si je l'avais fait aujourd'hui, et pas à 12 ans. Je pense que ça aurait été encore meilleur !

Quelle a été la déception en tant que geek?

Final Fantasy VIII ... Je m'attendais à un jeu à la hauteur du VII, une aventure épique, profonde, des retournements de situation, quelque chose de psychologique, une vraie épopée, et à la place, on a eu ... ça ... Un mec pseudo dépressif amoureux d'une cruche, des personnages secondaires qui ne servent à rien, et une histoire franchement pas géniale. Quelle déception ! Je sais que certains l'adorent, mais pour moi c'est comme goûter un Big Mac après un dîner 4 étoiles, c'est bon, mais c'est pas la même catégorie ...

Comment est ce que tu perçois l’évolution de la culture geek ?

Je ne suis pas Nostradamus, mais je pense qu'on va de plus en plus vers une ouverture au grand public. Regardez la Wii par exemple. Sur le net, le web 2.0 démocratise beaucoup de choses. Et j'ai peur qu'il devienne de plus en plus "cool" de se définir comme geek. Wahou, j'ai un compte Flicker, un compte Twitter, je travaille mes photos sur Picasa et j'invite mes amis à mes soirées via Facebook. En contrepartie, les geeks "canal historique" vont avoir tendance à se radicaliser, je pense. Je constate déjà ça. Repli vers le retrogaming, les productions plus difficiles d'accès, dédain envers la Wii et consort.

Une anecdote (de ta vie de) geek amusante à raconter pour finir?

Les trop nombreuses fois où je vais m'acheter un jeu dans une enseigne spécialisées, et où on me propose un paquet cadeau "pour mon copain" !

En ce moment en librairie

Quelques bonnes lectures au coin du feu, une pipe à la main :

09-02-12 19 22 23.jpgHors-série Technikart "60 millions de geeks". On aurait pu craindre le pire de la part d'un magazine "généraliste" mais l'ensemble est vraiment très plaisant. J'applaudis l'article sur les filles geeks qui sort des poncifs habituels. 4,90€

 

 

 

 

 

Berserk-Artbook-BERSERK-ARTBOOK-1_bd_type4.jpgPour les fans de l'excellent manga Berserk, sortie d'un recueil d'illustrations de Kentaru Miura chez Glénat. Attention, cet artbook est sorti en 1997 au Japon, il couvre donc toute la partie sur la Troupe du Faucon. Illustrations anciennes donc, ce qui est dommage quand on sait ce dont est capable Miura aujourd'hui. L'artbook reprend les illustrations des couvertures, des planches du manga, un "guide" sur les personnages et leurs relations, et une interview du mangaka. Un peu léger et daté, surtout pour 22€. Mais quand on est fan ...

 

Et toujours disponibles ....

09-02-12 19 35 10.jpgTroisième numéro d'Amusement, un pavé magazine qui sort des sentiers battus. Le monde du jeu vidéo et ses à côté traité de manière originale, et surtout, beaucoup, mais alors beaucoup de lecture. Allez voir le site pour vous faire une idée. 5€.

 

 

 

 

 

09-02-12 19 42 50.jpgJe n'ai pas encore pu mettre la main sur la bête, mais les échos sont suffisamment flatteurs pour que j'en parle ici. Les cahiers du jeu vidéo ne sont pas un magazine, mais un mook (magazine+book). 172 pages sur le thème de la guerre dans le jeux vidéo, traité de manière intelligente. "De Spacewar à Call of Duty 4, la guerre est omniprésente dans les jeux vidéo, elle en est peut-être l’essence-même. Beat'em allshoot'em upfirst person shooters…, tous ces genres suggèrent le conflit. Ce premier numéro enquête sur la façon dont les wargames ont réussi à imprégner la game culture, l’évolution dans le temps de la figure du mercenaire et les différentes facettes de l’ennemi. Curieux, il n'oublie pas également d'explorer, entre autres, les first person shooters sur la seconde guerre mondiale, les jeux "pacifistes" japonais et les essais réalisés au moyen-orient traitant du conflit israélo-palestinien… Le but ? Saisir l'évolution esthétique, historique, idéologique des jeux de guerre et comprendre pourquoi ceux-ci rassemblent autant qu'ils divisent joueurs et créateurs issus de culture différente." La suite et le sommaire ici. Attention, ce mook n'est pas disponible en kiosque, et encore moins à la Fnac/Virgin. On peut le trouver dans quelques magasins spécialisés (liste ici), ou commander le mook (14€), ainsi que les autres publications de Pix'N Love Edition sur leur site.

11/02/2009

La Saint Valentin et le jeu vidéo : peut mieux faire

Samedi, c'est la Saint Valentin. Plutôt que d'offrir des fleurs ou du parfum à Madame, pourquoi ne pas lui offrir un jeu vidéo ? Après tout, la pratique du jeu vidéo n'est plus vue comme une activité de sociopathes neurasthéniques pouvant menacer la santé mentale de nos enfants.

Certaines enseignes spécialisées ne s'y sont pas trompés, et proposent une sélection ciblée pour Madame, Monsieur, et pour jouer à deux.

Bonne initiative, pense-t-on, sauf quand on voit ça (cliquer pour agrandir).

09-02-10 23 44 55.jpg
09-02-10 23 45 24.jpg
Pour Madame, nous trouvons donc, en première sélection : Wii Fit, Plus belle la vie, Mon coach personnel : Je garde la ligne, Mon coach personnel : J'arrête de fumer. Soit, 1 jeu sur 4 (si on peut appeler Plus belle la vie un jeu), deux jeux "chérie, tu es trop grosse" (Madame appréciera le message), et un jeu "et tu pues du bec avec ta clope". Elle appréciera.
En 2e sélection (Sport), nous avons : Let's Yoga, et Sports Island
Enfin, en 3e sélection (réflexion), nous trouvons l'archi connu Programme d'Entraînement Cérébral, et Cérébral Académie. En plus d'être grosse et clopeuse, Madame est un peu bête. Là encore, elle appréciera.
 
Plus sérieusement, que voit-on ? Selon cette enseigne qu'on ne nommera pas, mais qui est présente partout en France, les demoiselles ne veulent/peuvent pas jouer aux vrais jeux. Car où sont les "vrais jeux" dans cette sélection ? Mis à part Sports Island, je ne vois pas trop. 
Pour enfoncer le clou, rappelons que cette chaine propose aussi un rayon spécial fille où se croise toute la série des Léa Passion et autre "j'élève un chien/un cheval/un dauphin/un bébé, c'est super", mais aucun Mario ou Tomb Raider.
 
Une autre enseigne, beaucoup plus généraliste, a aussi fait son offre spéciale Saint Valentin. Et là, que voit-on ?
09-02-11 00 17 13.jpg
09-02-11 00 14 14.jpg

En vrac, Prince of Persia, Tomb Raider Underworld, Guitar Hero, Mario Kart ... Du vrai jeu, certes accessible, mais du jeu quand même. Chez cette enseigne à quatre lettres, les filles peuvent jouer à autre chose que des simulateurs de vie et des coachs personnels. Ca fait plaisir. Mais on ne peut qu'être perplexe quand on voit que l'ouverture d'esprit vers le jeu au féminin se fait dans les magasins généralistes, et non dans les enseignes spécialisées.

09/02/2009

Jyelka : "C'est avec les vieux pads qu'on fait les meilleurs scores"

25.jpgNous inaugurons une nouvelle rubrique, baptisée sobrement Interviews. Passerons sur le grill des joueurs ordinaires, comme Jyelka le geek barbu aujourd'hui, mais aussi des journalistes de la presse spécialisée, et d'autres encore (on espère). Même votre humble serviteur est au programme ... En quoi est-on geek ? Quelle est notre madeleine de Proust vidéoludique ? C'était mieux avant ?

Première victime, Jyelka, de son vrai nom Julien. 24 ans, diplômé en Sciences Politiques, il est actuellement rédacteur pour un site internet spécialisé sur la thématique de l'environnement. Un vrai joueur à l'ancienne, passionnée par toutes les vieilleries de notre enfance.

 

Ton premier souvenir geekien ?

Ca remonte vers mes 6 ou 7 ans. Côté jeu, ça a été quand ma sœur m'a fait essayer Tetris, lorsque le Game boy est sorti. J'avais rien compris, ça allait vite, je ne sais pas ce qu'il fallait faire mais je trouvais ça génial. Après il y a eu beaucoup d'autres jeux. Et il y a aussi ce dessin animé : Galaxy expres 999. L'idée de ces trains qui traversent l'espace m'a beaucoup marqué et fait travailler mon imagination. Sans doute le début de mon amour pour la science fiction. Et puis il y a eu Star wars et Retour vers le futur

Donc tu as été plus biberonné à la science fiction qu'au Club Dorothée ?

Bien sûr que j'ai vu le Club Dorothée, mais je n'aimais pas tout. Je suis assez vite passé à la lecture, Dragon Ball c'est quand meme mieux en manga qu'en animé… Oui la science fiction dès mes 10 ans, les livres de Robert Silverberg, Isaac Asimov et des tas d'autres.

C’est quoi tes jeux du moment ?

En ce moment, je joue à des vieilleries :  Chrono Trigger sur DS, Test drive unlimited sur PC  et Armed assault, et dès que je peux je remet Stalker clear sky. Sinon, je m'intéresse pas mal aux Manic shooters en freeware sur pc. Et j'ai recraqué pour Astrowars

Pas mal de retrogaming donc. Et la next gen dans tout ça ?

En effet pas mal de vieux jeux. C'est avec les vieux pads qu'on fait les meilleurs scores. Pas encore de next gen pour deux raisons, je n'ai pas de télévision et pour le moment rien ne me fait vraiment craquer. Faut dire que ma PS2 m'avait lâché au bout de 18 mois et que ma Gamecube acheté par la suite n'a pas eu beaucoup de jeux, donc j'ai décroché du jeu console pour me tourner vers le jeu PC. La sortie de nombreux jeux en multisupport me permet donc de rester dans le coup, cependant, maintenir son PC à niveau est un vrai problème. Coté next gen, y a des choses tentantes : GTA IV, Lost Planet, Left 4 dead et tous les services de téléchargements, mais ça me semble trop cher et j'ai pas forcément envie de payer pour du virtuel.

Si tu ne devais retenir qu’un seul moment dans ta vie de geek, ca serait quoi ?

Question difficile, mais faire un choix c'est toujours avoir des regrets. Il y a eu un avant et un après, un jeu, un mythe. Final Fantasy VI sur Super Nintendo. L'ouragan après Secret of mana. A l'époque, le jeu est sorti, tous les magazines (Joypad, Consoles +, Player one, etc) en parlaient comme du plus grand jeu de tous les temps. Je me revois, en 6e, année 1994 ou 1995, aller acheter le jeu et mon adaptateur 29. Mon premier vrai RPG, genre encore inconnu en France, un choc, un jeu intemporel, qui ne mourra jamais. Je balbutiais à peine l'anglais mais tout était génial dans ce jeu, le passage où le groupe se sépare, la fin du monde, la mort de Shadow, l'arrivée dans l'empire en dirigeable. Setzer, Edgard et les autres. Un jeu auquel je pourrais jouer jusqu'à la fin des temps sans me lasser, même si maintenant, je le trouve un peu facile. FF6 est au jeu vidéo ce que Lord of the ring a été à la fantasy et Star Wars au cinéma de Sf (avec leurs bons et leurs mauvais cotés)

Et ta plus grande déception ?

Les films de science fiction en général car ils sont, sauf cas très rares cas, incapables de retranscrire l'intelligence de ce genre littéraire souvent mal considéré

Toi qui est un vieux geek barbu, comment tu vois le fait qu'aujourd'hui, être geek, c'est devenu tendance ?

C'est pas bien. Sérieusement, je ne pense pas qu'être geek soit tendance. Disons que l'argument "geek" sert désormais à vendre des conneries high tech pour pousser sans cesse au renouvellement du matos. Or, de plus en plus ce matos devient facile d'accès, il n'est plus besoin de bidouiller quoique ça soit. Le coté contre/sous culture geek se perd, mais c'est le fait de nombreuses sous culture de par le passé. Ce qui me gêne beaucoup c'est la confusion des genres entre le geek, sa culture et leur réutilisation pour vendre des produits high tech que n’importe qui peut utiliser sans soucis. Que ma voisine se pointe avec un iPhone ne fait pas d'elle une geek, par contre si elle collectionne les VHS de films gore brésilien là c'est plus une geek. C'est pas plus mal que la culture geek se répande, même si pour les puristes, ça peut faire mal et briser la part d'imagination que cette culture a pu nécessiter durant des années (quand le ciné, la tv etc ne parvenait pas à montrer totalement l'imaginaire et que chacun disposait de sa vision d'un monde inventé). Toutefois celui fait perdre le coté élitiste de la chose. Comme le rock avant, la culture geek est devenu un truc de vieux cons

Tu te considères comme un vieux con ?

Je dois l'être. Je me dis que c'était mieux avant. En réalité sans doute pas. Par exemple, nombre de jeux modernes ont réalisé tous mes fantasmes de joueur, des choses dont je rêvais dans les années 90 et qui  à l'époque semblaient infaisables. Après, on se lasse, on viellit, on élargit le champs de ses goûts : de la science fiction je suis passé à la littérature classique... Ensuite, les jeux désormais semblent plus facile, certes, mais de nombreux progrès ont été fait pour éviter la frustration. Je mets au défi  quiconque de remettre Battletoad et d'aller au 5e niveau. Bref, on change, je suis juste là pour défendre ce qui faisait le charme de mon enfance, le plaisir du jeu à finir, un vrai défi.

20:21 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (3)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu