Avertir le modérateur

27/07/2009

Microsoft est prêt à proposer plusieurs navigateurs Internet sous Windows

ie.jpg

Depuis plusieurs années, un litige oppose l'Union Européenne à Microsoft : l'installation d'Internet Explorer sur tous les ordinateurs vendus avec Windows nuirait à la concurrence dans le secteur des navigateurs internet. Internet Explorer est en effet installé d'office sur tous les ordinateurs, et seuls les possesseurs de PC un tant soit peu informés savent qu'ils peuvent installer un tout autre navigateur. Résultat, Internet Explorer est présent dans 90% des ordinateurs personnels dans le monde, et est utilisé par 66% des internautes.

L'Union Européenne voit rouge, et la Commission a ouvert une enquête contre la firme américaine. Microsoft vient de proposer une solution qui pourrait satisfaire l'Europe. A l'installation de Windows 7, où Internet Explorer serait toujours présent, l'internaute verrait apparaître une fenêtre multi-choix (ballot screen), où on lui proposerait l'installation des autres navigateurs concurrents (Firefox, Chrome, Opera).

En mai dernier, Microsoft avait carrément proposé de supprimer Internet Explorer des versions européennes de Windows 7, une solution trop radicale qui n'avait pas reçu les faveurs de l'Union Européenne. Si la dernière proposition est retenue, l'avantage pour Microsoft est indéniable. En effet, il n'aurait plus besoin de fabriquer deux version distinctes de Windows 7. La Commission Européenne devrait bientôt rendre son avis, mais d'après les premiers murmures, il serait favorable.

Microsoft a déjà été condamné par le passé par l'Europe pour ses pratiques anti-concurrentielles (lecteur Media Player retiré de Windows XP), pour un total de 1,6 milliards d'euros.

 

Crédit photos : Tag Internet Explorer par Andreas Solberg

13/07/2009

Office 2010 veut concurrencer Google Docs

office_2010_the_movie_610x325.JPG

Pour qui en doutait encore, la guerre entre Microsoft et Google est bel et bien déclarée. Après l'annonce la semaine dernière du développement de Chrome OS, OS gratuit développé pour les notebooks, (on passera sur Chrome vs Internet Explorer, ou Bing vs Google), c'est au tour de Microsoft de dégainer sa nouvelle cartouche contre le géant d'Internet. Et le coup est assez spectaculaire. La firme de Redmond a en effet décidé de développer une version light d'Office 2010, disponible gratuitement sur le net, et permettant le partage et le travail en temps réel sur un même document entre plusieurs utilisateurs. Bref, tout pareil que chez Google Docs.

Une véritable révolution copernicienne pour Microsoft, qui abandonne (en partie seulement) sa formule jusque là gagnante : faire payer des fortunes les licences d'utilisation de sa suite bureautique phare, Office, qui n'avait pas de réelle concurrence dans le grand public. Il fallait payer de 150 à 700€ pour avoir le droit d'utiliser Word, Excel ou Power Point.

Un business plan sérieusement écorné par l'arrivée de Google Docs. Cette suite logicielle, qui intègre un traitement de texte, un tableur, et un PowerPoint-like, est entièrement gratuite. Elle ne nécessite aucun téléchargement ou installation sur l'ordinateur : les documents sont stockés sur des serveurs externes. Ainsi, on peut accéder à ses documents depuis n'importe quel ordinateur, de n'importe où dans le monde. Aucun fichier n'est stocké sur l'ordinateur personnel. Cela s'appelle le cloud computing. La nécessité d'avoir un accès Internet a même disparu, avec le développement d'un plug-in permettant d'accèder à Google docs offline (à installer en deux clics grâce à Google Labs, dans la version anglais de Gmail). Enfin, plusieurs collaborateurs peuvent travailler en temps réel sur un même document. Il faut cependant garder en tête que, par exemple, le traitement de texte de GDocs est beaucoup plus basique que celui de Word. Word reste un outil compliqué dont la grande majorité des utilisateurs ne sait pas utiliser tout le potentiel (mise en page, macros, etc). Google docs supprime tout cela pour se concentrer vers un logiciel de traitement de texte simple, dont tout le monde saura se servir. C'est plus pour la possibilité de travailler à plusieurs et de retrouver ses documents n'importe où que Google Docs séduit, que pour la richesse de ses logiciels.

Les entreprises ne s'y sont pas trompées. De plus en plus se tournent vers Google Docs, au lieu de payer des fortunes en licences Microsoft. Du côté étudiants aussi, Google Docs connaît un certain succès. A titre personnel, une bonne partie des étudiants de l'ESJ sont passés à ce système pour travailler en groupe, et ceux qui ont été conquis ne se voient pas repartir en arrière. Il suffit de partager le document avec son ou ses partenaires, qui le mettront à jour avec les informations qu'ils ont récoltées. Bien pratique pour écrire à deux un article pendant les vacances, quand on est à plusieurs kilomètres de distance ... même s'il y a encore des réfractaires.

Microsoft se met donc au cloud computing, avec cette version light d'Office. C'est peut-être un tournant pour le géant de l'informatique, sommé de changer sa stratégie face à une concurrence de plus en plus virulente. Mais les bonnes vieilles habitudes ne sont pas perdues, puisqu'une version pro d'Office 2010, plus complète, sera belle et bien proposée, mais .... il faudra payer pour l'utiliser.

 

Image : Office 2010 The Movie, le film promotionnel lolesque de Microsoft, avec la mort de Clippy, l'insupportable trombone des anciennes versions de Word.

03/06/2009

E3 2009 : premier avis tout à fait subjectif

3587104291_a8ab8c4b8c_o.jpg

L'E3, le grand salon international du jeu vidéo, a ouvert hier ses portes à Los Angeles. Au programme trois jours de présentations des jeux qui feront la une (ou pas) dans les mois ou les années à venir. Au bout de cette première journée, quelques annonces se dégagent déjà. Sélection tout à fait arbitraire et totalement subjective (pour avoir une vue plus complète de l'évènement, voir les liens en fin d'article).

Les premières heures du salon ont été rythmées par les conférences des trois constructeurs consoles : Microsoft, Nintendo et Sony. Un exercice difficile, et souvent casse-gueule. Microsoft a frappé un grand coup avec une conférence très maîtrisée, beaucoup de grosses annonces (Splinter Cell Onviction, Left 4 Dead 2 ...), mais surtout deux gros coups pour Sony : la présentation de la version Xbox 360 de Final Fantasy XIII (qui, rappelons-le, ne sera exclusif à la PS3 qu'au Japon), et annonce du développement d'un Metal Gear Solid sur 360. Sony voit une de ses plus grosses licences (MGS4 est exclusif à la PS3, les anciens volets ont été portés sur Xbox première du nom mais avec plusieurs mois de décalage) lui filer sous le nez ... temporairement. Hideo Kojima, le créateur de la série présent pour l'occasion, n'a jamais parlé d'épisode exclusif à la Xbox 360 ...

Un compte rendu exhaustif de la conférence ? C'est ici.

Vous préférez de la vidéo ? C'est par là.

Deuxième à entrer sur l'arène : Nintendo. On peut dire sans crainte que la conférence a déçu. Certes, on n'en est pas au moins de la conférence calamiteuse de l'année dernière, mais le divorce entre Nintendo et les gamers se profile un peu plus. Quelques jeux gamers ont été dévoilés (Metroid : Other M, avec la Team Ninja aux commandes), mais l'on n'a pas échappé aux nouvelles versions de Wii Fit et Wii Sport, les poules aux oeufs d'or de Big N. Des nouveaux Mario sont aussi prévus. Bonne nouvelle ? A voir. Super Mario Galaxy 2 semble plus faire add on que réel nouvel épisode. Quant à New Super Mario Bros Wii, il ressemble beaucoup techniquement à la version ... DS. Nintendo semble miser une fois de plus sur les casual gamers, et se reposer sur ses lauriers. Notons l'absence de Shigeru Miyamoto, qui a probablement retenu la leçon de Wii Music l'an passé.

Un compte rendu exhaustif de la conférence ? C'est ici

Vous préférez la vidéo ? C'est par là

Dernier participant : Sony. Après la belle démonstation de force de Microsoft, Sony devait se montrer à la hauteur. Et il l'a fait. La PSP Go a été officiellement présentée, en dépit de la grosse fuite quelques jours avant l'E3. Design revu, disparition des disques UMD remplacés par une mémoire de 16 Go, dématérialisation des contenus, pour 250€ à partir du 1er octobre. Coté jeux, trois softs ont retenu mon attention. Et quels softs ! Tout d'abord, un nouveau trailer de FF13 a été dévoilé. Alors que les anciens trailers n'avaient pas vraiment enthousiasmés les foules (euphémisme), cette nouvelle vidéo a le bon goût de présenter de nouveaux personnages, des lieux inédits, le tout avec un montage dynamique. Bref, l'espoir renaît peu à peu. Pour ce qui est de la date de sortie, nous avons eu droit à un vague "printemps 2010" pour les Etats-Unis. Quant à l'Europe ...

 

La plus grosse surprise de la conférence Sony était sans aucune mesure la présentation de Final Fantasy XIV. Oui, vous avez bien lu ! Le XIII n'est même pas encore achevé que l'opus suivant est sur les starting blocks pour 2010. L'explication ? FFXIV sera un MMORPG, sur le modèle de FFXI. Il sera disponible sur PS3 et PC, et présente un univers assez semblable à celui de FFXI. Le trailer est alléchant ...

Enfin, mon coup de coeur : The last guardian, aussi connu sous le nom de Project Trico. Le nouveau jeu de Fumito Ueda (ICO, Shadow of the Colossus) s'annonce tout simplement grandiose. Le trailer, poétique et émouvant à souhait, nous montre un petit garçon et une étrange créature géante, mix improbable entre un griffon, un chien et une souris, dans un temple millénaire. Ils devront coopérer pour en sortir ... Un concept qui rappelle furieusement ICO. Si le jeu tient ses promesses, il sera probablement un des plus grands titres de la next gen. Admirez.

Enfin, dernière nouvelle et non des moindres, la sortie du mythique Final Fantasy VII sur le Playstation Network. Pour 10$ (prix encore inconnu pour la France), vous pourrez télécharger dès samedi le RPG qui aura marqué toute une génération de joueurs. Une excellente nouvelle pour tout ceux qui n'ont pas pu y jouer à l'époque, ou qui ont revendu/perdu leur jeu. Ce trailer donne furieusement envie de s'y remettre.

Compte rendu exhaustif de la conférence Sony

-------

En ce moment même, les éditeurs dévoilent plus en profondeur leurs jeux aux journalistes sur place, voire les laissent jouer. Si vous souhaitez suivre cet E3, je vous conseille les deux meilleurs sites de jeux vidéo français, Gamekult et Gameblog.

Page de Gamekult spécial E3

Page de Gameblog spécial E3

Les deux sites proposent des (excellentes) émissions quotidiennes que je vous presse d'aller voir.

Du côté Gamekult

Du côté Gameblog

 

Photo : Conférence Microsoft. Crédits : Tanzen80, licence Creative Commons.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu