Avertir le modérateur

01/02/2009

Streets of Rage Remake : pour quelques pains de plus

25.jpgNous inaugurons aujourd'hui une nouvelle rubrique : "la chronique de Jyelka le geek barbu". Jyelka est un vrai bon geek old school qui aime jouer à des vieux jeux que les jeunes générations ne peuvent connaitre. Nous lui ouvrons les portes de ce blog (et en plus il ressemble à son avatar). Premier épisode : Street of Rage.

 

sorr-inicio.png?w=320&h=240

En ces temps de crise, de disette et de baisse du pouvoir d’achat, voici de quoi vous fournir quelques pains, marrons et autres patates gratuitement. La sélection du jour est le remake du mythique streets of rage (un jeu au titre aussi évocateur que celui du classique de la littérature qu’est « les raisins de la colère ») dans une compil faite par des amateurs, cette version est un grand mix du meilleurs des 3 épisodes sortis sur Megadrive. Le jeu tourne sans problème sur PC, un beat’em all en 2D comme on n’en fait plus.

sor7.jpg?w=497&h=372
Streets of Rage Remake

Cette version du jeu est un freeware réalisé par une équipe d’amateurs. Ces fans du jeu proposent une compilation des 3 épisodes originaux avec des tas de petites modifications et améliorations. Le jeu propose de nombreux stages et des ennemis variés, dont beaucoup sont des punks comme c’était la mode à l’époque. 8 longs stages, assez variés, de l’usine de robots à la fête forraine en passant par les classiques rues et autres entrepôts et bateau, plus un petit niveau en moto. Il existe quelques clins d’oeil fait à sega dans le décor, à vous de les trouver.

sor12.jpg?w=497&h=372

C’est un vrai plaisir de retrouver un jeu en 2D assez beau et avec une large palette de couleurs (le jeu fait moins terne que sur megadrive), les sprites sont gros et parfaitement animés. Surtout, on retrouve le plaisir simple de ce type de jeu : cogner et éviter de se faire encercler par les adversaires. Les commandes restent simples : un bouton pour frapper, l’autre pour sauter et deux pour les deux attaques spéciales qui coûtent de la vie. Il y a quelques petits trucs à trouver pour être efficace, notamment combiner le saut et la touche de frappe pour mettre des coups de coudes à l’ennemi derrière soi.

sor1.jpg?w=497&h=372

Chacun des 6 protagonistes jouables dispose de ses propres caractéristiques et de ses coups bien à lui qu’il faudra maîtriser pour survivre. Ils peuvent aussi courir et faire des esquives latérales qui permettent d’éviter pas mal d’attaques de boss.

sor4.jpg?w=497&h=372

Il est possible de ramasser des armes dont une poivrière !  de faire des enchainements de coups et des prises. Les adversaires ne surprendront pas les habitués : des punks par centaines et clonés, toutefois on trouve quelques curiosités comme un kangourou, des types en jetpack, des ninjas et autres lutteurs à foisson. Mon préféré est un bonhomme un peu rond vêtu d’une casquette et dont le pantalon tient frâce à des bretelles qui attaque en crachant du feu. un boss ressemble à un certain Blanka.

sor52.jpg?w=497&h=372

Le jeu se télécharge ici : et voici le site des développeurs pour des inofs sur les mises à jour - http://www.bombergames.net/sorr_project/

sor8.jpg?w=497&h=372

Il suffit de déziper l’archive et de cliquer pour jouer. Le jeu accepte une manette et permet de jouer à deux (mais l’un devra se content du clavier). Beaucoup de paramètres sont configurables, notamment pour avoir des options de jeu proche de l’original. La difficulté est réglable pour tous types de joueurs et finir le jeu offre quelques petits bonus.

Le beat’em all

Genre tombé en désuétude, le beat’em all a régné en maître des jeux à la fin des années 80 et au début des années 1990. Jeu en 2D dans lequel on peut se déplacer sur plusieurs plans, le but du jeu est des plus simple, il faut savater tout ce qui bouge avec ses pieds et ses poings. La majorité des jeux pouvait se jouer à 2. Ces eux ont animé les salles d’arcade et fait la joie des possesseurs de consoles de salon avant de connaître une longue traversée du désert pour revenir tout en 3D.

Parmi les grands classiques du genre, on trouve de tout. D’abord, dans le genre violences urbaines, mieux que de nettoyer la ville au karcher, y a que les poings qui marchent bien, à vous de vous faire justice en liquidant la racaille avec tout ce qui vous tombe sous la main. Dès le vénérable Double Dragon (sur 8 bits), nettoyer la ville de la racaille avec vos poings pour délivrer votre copine. Puis Final Fight (super nintendo) etStreet of rage (megadrive), sur les 16 bits de l’époque. Il y a la variante médiévale avec des épées et tout ce qui va avec, dans Golden Axe (Sega), Legend (SNES) ou Knights of the Round (Capcom). Les adaptations de licences pouvaient aussi se faire sous forme de beat’em all, Batman returns (Snes) et Teenage Mutant Ninja Turtles IV: Turtles in Time(snes) pour ne retenir que les meilleurs. Et il y a en des tas d’autres dont le génial et très difficile batteltoads dans lequel des grenouilles affrontent leurs ennemis avec des coups spéciaux de fous, il existe aussi le délirant Gourmet Sentai Barayarô auquel je n’ai jamais rien compris.

Le genre a été délaissé au profit des jeux de baston moderne (street fighter 2, les jeux SNK etc), puis l’arrivée des jeux 3D n’a pas permis son retour, les jeux de baston 3D tenant le haut du pavé (Tekken, Virtua fighter, toshiden, Le genre a fait quelques timides apparitions sur 32 bits, gurdian heroes sur saturn, un des derniers en 2D, et les premiers avatars du genre en 3D que sont Die Hard Arcade et Fighting Force sur PS1. Cette éclipse du genre peut s’expliquer par deux facteurs : le passage à la 3D (pas encore totalement maitrisée ni adaptée à ce type de jeu) et sa difficulté qui rebute de nombreux joueurs. Puis plus près de nous, le genre regagne ses lettres de noblesse avec des titres comme Dynasty Warriors et Devil May Cry. De plus en plus de beat’em all intègrent des éléments de progression inspirés des jeux de rôle.

Jyelka le geek barbu.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu