Avertir le modérateur

13/07/2009

Le pari de Nolife : gratuit sur l'ADSL, payant sur le net

logo_nolife.png

Le 30 juin dernier, la chaîne Nolife annonçait sur son site songer à devenir payante, faute à un manque de publicités à l'antenne. Les téléspectateurs ont été sollicités sur Internet, afin de déterminer s'ils étaient prêts à débourser de 3 à 5€ par mois pour continuer à voir la chaîne.

Aujourd'hui, Sébastien Ruchet, président de la chaîne, a exposé dans une nouvelle vidéo la solution retenue par l'équipe. Et elle est pour le moins surprenante. Nolife restera gratuite sur l'ADSL, mais une formule payante (3€ par mois) sera mise en place sur le site internet. Du contenu exclusif est à l'étude. Un vrai pari pour la chaîne, qui prend ses télespectateurs au mot. Ces derniers se sont déclarés prêts à payer pour sauver Nolife. Le feront-ils, alors que la chaîne sera toujours accessible gratuitement ? Sébastien Ruchet rappelle avec une certaine émotion que le sort de Nolife repose entre les mains des téléspectateurs, et que s'ils ne font rien, la chaîne disparaîtra. A eux donc de prendre leurs responsabilités.

Mais pourquoi un tel choix ? Sébastien Ruchet explique que l'équipe souhaite que Nolife soit regardée par le plus grand nombre possible de personnes (un système payant aurait de facto fait baisser le nombre de téléspectateurs), et continue à se faire connaître. Et si la chaîne plaît, les nouveaux conquis pourront eux aussi donner de l'argent à No life, dans un système qui ressemble un peu à du mécenat.

La nouvelle formule de Nolife devrait être mise en place dans le courant de l'été.

Office 2010 veut concurrencer Google Docs

office_2010_the_movie_610x325.JPG

Pour qui en doutait encore, la guerre entre Microsoft et Google est bel et bien déclarée. Après l'annonce la semaine dernière du développement de Chrome OS, OS gratuit développé pour les notebooks, (on passera sur Chrome vs Internet Explorer, ou Bing vs Google), c'est au tour de Microsoft de dégainer sa nouvelle cartouche contre le géant d'Internet. Et le coup est assez spectaculaire. La firme de Redmond a en effet décidé de développer une version light d'Office 2010, disponible gratuitement sur le net, et permettant le partage et le travail en temps réel sur un même document entre plusieurs utilisateurs. Bref, tout pareil que chez Google Docs.

Une véritable révolution copernicienne pour Microsoft, qui abandonne (en partie seulement) sa formule jusque là gagnante : faire payer des fortunes les licences d'utilisation de sa suite bureautique phare, Office, qui n'avait pas de réelle concurrence dans le grand public. Il fallait payer de 150 à 700€ pour avoir le droit d'utiliser Word, Excel ou Power Point.

Un business plan sérieusement écorné par l'arrivée de Google Docs. Cette suite logicielle, qui intègre un traitement de texte, un tableur, et un PowerPoint-like, est entièrement gratuite. Elle ne nécessite aucun téléchargement ou installation sur l'ordinateur : les documents sont stockés sur des serveurs externes. Ainsi, on peut accéder à ses documents depuis n'importe quel ordinateur, de n'importe où dans le monde. Aucun fichier n'est stocké sur l'ordinateur personnel. Cela s'appelle le cloud computing. La nécessité d'avoir un accès Internet a même disparu, avec le développement d'un plug-in permettant d'accèder à Google docs offline (à installer en deux clics grâce à Google Labs, dans la version anglais de Gmail). Enfin, plusieurs collaborateurs peuvent travailler en temps réel sur un même document. Il faut cependant garder en tête que, par exemple, le traitement de texte de GDocs est beaucoup plus basique que celui de Word. Word reste un outil compliqué dont la grande majorité des utilisateurs ne sait pas utiliser tout le potentiel (mise en page, macros, etc). Google docs supprime tout cela pour se concentrer vers un logiciel de traitement de texte simple, dont tout le monde saura se servir. C'est plus pour la possibilité de travailler à plusieurs et de retrouver ses documents n'importe où que Google Docs séduit, que pour la richesse de ses logiciels.

Les entreprises ne s'y sont pas trompées. De plus en plus se tournent vers Google Docs, au lieu de payer des fortunes en licences Microsoft. Du côté étudiants aussi, Google Docs connaît un certain succès. A titre personnel, une bonne partie des étudiants de l'ESJ sont passés à ce système pour travailler en groupe, et ceux qui ont été conquis ne se voient pas repartir en arrière. Il suffit de partager le document avec son ou ses partenaires, qui le mettront à jour avec les informations qu'ils ont récoltées. Bien pratique pour écrire à deux un article pendant les vacances, quand on est à plusieurs kilomètres de distance ... même s'il y a encore des réfractaires.

Microsoft se met donc au cloud computing, avec cette version light d'Office. C'est peut-être un tournant pour le géant de l'informatique, sommé de changer sa stratégie face à une concurrence de plus en plus virulente. Mais les bonnes vieilles habitudes ne sont pas perdues, puisqu'une version pro d'Office 2010, plus complète, sera belle et bien proposée, mais .... il faudra payer pour l'utiliser.

 

Image : Office 2010 The Movie, le film promotionnel lolesque de Microsoft, avec la mort de Clippy, l'insupportable trombone des anciennes versions de Word.

01/07/2009

La chaîne Nolife lutte pour sa survie et songe à devenir payante

logo_nolife.png

La chaîne Nolife va-t-elle devenir payante, ou pire, disparaître ? C'est bien ce qu'il risque d'arriver, au regard de la mauvaise situation économique de la chaîne. Diffusée uniquement sur l'ADSL, Nolife n'a pas pu attirer les annonceurs publicitaires jusqu'à elle, ces derniers n'investissant pas sur les bouquets ADSL. Pour inverser la tendance, il faudrait que la chaîne arrive sur le câble et le satellite. Or, malgré de nombreuses tentatives en ce sens, les demandes de Nolife ont toutes été rejetées.

Aujourd'hui, Sébastien Ruchet, président de la chaîne (et également connu pour son rôle de Red Fromage dans la série France Five), a expliqué la situation aux téléspectateurs de Nolife dans un message vidéo.

Pour Nolife, plusieurs directions sont possibles : passer en payant sur l'ADSL (3 à 5€/mois), mettre les émissions en accès payant sur le site de la chaîne, et mettre en place un système de membres premium pour le forum du même site. Un sondage a été mis en ligne pour permettre aux internautes de voter (seraient-ils prêts à payer, et si oui, combien seront-ils ?), tandis qu'un dialogue s'est mis en place sur le forum de la chaine entre téléspectateurs et équipe.

Depuis ses débuts en 2007, Nolife, chaîne spécialisée dans la culture geek et otaku (jeux vidéo, culture japonaise, musique, mais aussi des séries comme Nerdz) a eu du mal à se financer. L'année dernière, l'éditeur Ankama (Dofus, Wakfu) a sauvé in extremis la boîte de la faillite en entrant dans son capital. Hélas, cela n'a pas été suffisant.

27/03/2009

Parlement Européen : nouveau camouflet pour Hadopi

DrapeauEuropeen3_tcm25-8590.jpgIl y a quelques semaines, sur les banc de l'Assemblée Nationale, Christine Albanel affirmait que l'accès à Internet n'était pas un droit fondamental. Une façon bien commode de prouver que la coupure d'accès à Internet, prévu dans la loi dite Hadopi, n'était pas contraire aux Droits de l'homme.

Ce n'est pas l'avis du Parlement Européen. L'institution a voté aujourd'hui à une très large majorité (481 pour, 81 contre), le rapport du député social-démocrate grec Stravos Lambrinidis sur le renforcement de la sécurité et des libertés fondamentales sur Internet.

Ce rapport définit que « chaque individu tout au long de sa vie doit avoir le droit d’accéder à l’ordinateur et à Internet » et surtout que« cet accès ne devrait pas être refusé en tant que “sanction” contre les infractions par des gouvernements ou des sociétés privées des citoyens » *. Une affirmation qui se positionne clairement contre la coupure d'accès à Internet comme mode de sanction.

Fin février, ce rapport était adopté à l'unanimité par la commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures (LIBE). Les lobbys français ont tenté, en vain, de modifier le paragraphe incriminé afin d'y introduire la notion de propriété industrielle. L’amendement 2 supprimait la phrase « considérant qu’un tel accès ne devrait pas être refusé comme une sanction par des gouvernements ou des sociétés privées » pour le remplacer par : « l’accès à internet ne doit pas faire l’objet d’abus aux fins d’activités illégales et qu’un juste équilibre entre les différents droits fondamentaux garantis en droit communautaire doit être respecté ». Il a été rejeté.

Selon Stravos Lambrinidis, "Certains membres ont en effet signé individuellement des amendements concernant la propriété intellectuelle, par ailleurs approuvés par les lobbys du copyright. Mais ce n’est pas un rapport sur les droits de la propriété intellectuelle, il a un intérêt politique général et concerne le respect des droits fondamentaux sur Internet. »

Cette décision va-t-elle empêcher l'adoption d'Hadopi, et la pratique de la coupure d'accès à Internet ? Non, car il s'agit d'une décision non contraignante envers les pays membres de l'Union Européenne. Mais le poid politique est fort.

Début avril, le Parlement Européen votera en deuxième lecture le Paquet Télécom, dont l'amendement 138 empêche qu’un Etat membre évacue l’autorité judiciaire au profit d’une autorité administrative pour prendre des décisions relatives à la liberté d’expression et d’information des citoyens. Comme prévu par Hadopi. Pour rappel, l'amendement 138 a été approuvé par une très large majorité (573 pour, 74 contre). Les institutions européennes semblent bien parties pour vouloir empêcher l'adoption de la riposte graduée en Europe.

 

* Rapport Lambrinidis : « De même que chaque enfant a droit à l’enseignement, et chaque adulte à la formation permanente, chaque individu tout au long de sa vie devrait avoir le droit d’accéder à l’ordinateur et à Internet. Les gouvernements devraient garantir un tel accès, même dans les régions les plus éloignées et pour les citoyens les plus pauvres. En outre, cet accès ne doit pas être refusé en tant que "sanction" contre les infractions des citoyens. Les hommes de tous horizons, de toutes régions et de toutes cultures devraient pouvoir profiter du large éventail de services offerts par Internet. Ainsi ils pourront poursuivre leur développement personnel, nouer des relations éducatives, professionnelles et personnelles et explorer des possibilités économiques dans toute la mesure offerte par nos technologies et nos lois. »

Pour aller plus loin : 

"Pour l'Europe, la riposte graduée n'est pas une réponse au piratage" (avril 2008)

"Antipiratage : la doctrine française filtrée par l'Europe" (juin 2008)

"Riposte graduée : la bataille européenne ne fait que commencer" (juillet 2008)

"Riposte graduée : premier round européen mardi prochain" (septembre 2008)

"Le Parlement Européen saborde la riposte graduée" (septembre 2008)

FAIL : Obama offre à Brown des DVD ... zone 1

obama_brown_460_803433c.jpg

"Alors Gordy, t'as aimé le Magicien d'Oz ?"

Quand un président reçoit un autre chef d'Etat, il de bon ton qu'il lui offre un cadeau. Lors de sa visite au Royaume-Uni, Gordon Brown avait offert à Barack Obama la première édition de la biographie (en sept tomes) de Winston Churchill. Début mars, c'est au tour de Brown de venir rendre une visite (officielle) à Obama. Et pour cadeau, il reçoit un coffret de 25 DVD des grands films américains : Citizen Kane, le Parrain, Casablanca, Psycho, Vertigo ... Mais aussi Star Wars, ET, et le Magicien d'Oz ! Tout de suite moins classe que la bio de tonton Churchill.

article-1159627-03C31624000005DC-108_468x313.jpg

Une fois de retour à Londres, Gordon Brown souhaite regarder un des films. Et là, c'est le drame. "Wrong region". Eh oui, Barack Obama a offert des DVD zone 1 (Amérique), et Gordon Brown a un lecteur DVD zone 2. Impossible de lire les DVD offerts par la Maison Blanche ...

Gros FAIL pour les services de la Maison Blanche qui avaient totalement oublié que les DVD sont zonés. En espérant que cette mésaventure vienne à prouver aux politiques que le zonage des DVD est absurde. En ces temps d'Hadopisme aigü, on a le droit de rêver ...

17:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : obama, brown, dvd, zone

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu